8 idées reçues sur l'ostéopathie

Postée par Osteo2ls le Samedi 31 Décembre 2016

Elle provoquerait des douleurs, nous ferait craquer dans tous les sens... L'ostéopathie est toujours victime d'idées reçues, qui peuvent décourager d'aller consulter. Pour distinguer le vrai du faux, nous avons interrogé Thibault Dubois, ostéopathe et délégué général du syndicat français des ostéopathes (SFDO).

L'ostéopathie et les troubles digestifsaprès l'accouchement

1. L'ostéopathie et la kinésithérapie sont deux noms pour une même pratique

Thibault Dubois : Les patients sont parfois les mêmes mais l'approche thérapeutique est très différente. Le kinésithérapeute rééduque, alors que l'ostéopathe rééquilibre. Lors d'une entorse, après un traumatisme important comme un accident de voiture, ou à la suite d'une intervention chirurgicale, les patients vont consulter un kinésithérapeute dont l'objectif est de refaire du muscle et d'assurer à nouveau la stabilité ligamentaire... L'ostéopathe quant à lui, peut intervenir pour des raisons identiques mais va chercher à restaurer la mobilité des articulations, de manière à ce qu'elles fonctionnent de façon optimale au regard de l'histoire du patient, de son âge et de sa condition physique. Rappelons également que l'ostéopathie peut agir sur tous les tissus du corps, au niveau du crâne, de l'abdomen, de la cage thoracique...

2. Les soins en ostéopathie provoquent forcément des craquements articulaires

Thibault Dubois : C'est une idée reçue très répandue. L'ostéopathe dispose de nombreuses techniques de soins comme des manipulations et des mobilisations, qui agissent différemment sur les articulations. Certaines manipulations peuvent provoquer des craquements mais leur utilisation n'est pas obligatoire ou automatique et parfois même contre-indiquée. Il faut savoir que ces bruits proviennent de l'éclatement d'une bulle de gaz sous la pression articulaire. C'est un phénomène tout à fait naturel. En aucun cas, ce n'est le résultat de deux os qui se percutent ou une réaction de l'os lui-même. L'ostéopathe a un devoir d'information lors de la consultation. Si un patient exprime sa réticence face aux craquements, cela doit être pris en compte pour adapter le soin. Un bon soin ostéopathique n'implique pas forcément l'utilisation de ces techniques, cependant un bon ostéopathe doit savoir les manier.

3. Les traitements ostéopathiques suscitent des douleurs

Thibault Dubois : Que ce soit pendant ou après la séance, l'ostéopathie ne provoque pas de douleurs à proprement parler. Certaines manipulations ou mobilisations peuvent être inconfortables, puisque l'ostéopathe va appuyer sur des zones douloureuses ou étirer des muscles périphériques à proximité. Mais cela n'a pas vocation à produire de la douleur. Suite à la séance, le patient peut ressentir de la fatigue ou des sensations de courbatures, équivalentes à celles que l'on éprouve après une séance de sport. Ces courbatures proviennent des petits muscles posturaux qui vont se re-contracter après avoir été manipulés.

4. L'ostéopathie ne soigne que les problèmes de dos

Thibault Dubois : Les problèmes de dos constituent 40% des motifs de consultation. Donc plus de la moitié portent sur d'autres douleurs, notamment de type musculo-squelettiques, à la périphérie des articulations : douleurs d'épaules, de coude, de cou, de genoux... Le champ d'action de l'ostéopathie dépasse donc largement le dos et s'étend même aux troubles fonctionnels, comme les problèmes intestinaux. Les maux de têtes peuvent également être traités. Certaines céphalées proviennent parfois de problèmes de dos, de tensions au niveau de la colonne vertébrale et des cervicales.

L'ostéopathie

5. L'ostéopathie ne peut pas apaiser le stress

Thibault Dubois : En agissant sur les tensions, les soins ostéopathiques procurent une sensation de confort et de relâchement. Il faut savoir que l'ostéopathie peut jouer sur le système nerveux autonome ainsi que sur l'ensemble des tissus du corps pour apporter un apaisement par la diminution du tonus musculaire et nerveux mais aussi par l'amélioration de la circulation sanguine. Les patients témoignent d'un sommeil plus réparateur, d'un plus grand calme et d'une meilleure gestion du stress de façon générale.

Le stress

6. L'ostéopathie ne s'adresse qu'aux adultes

L'ostéopathie et l'enfant

Thibault Dubois : C'est faux, l'ostéopathie s'adresse également aux enfants, parfois même dès la maternité. De nombreux ostéopathes travaillent dans les hôpitaux ou cliniques et peuvent traiter les troubles du sommeil chez le nourrisson, mais aussi les problèmes de coliques ou de régurgitations. Grâce à des mobilisations douces, l'ostéopathie peut, par exemple, apaiser les tensions au niveau de la tête du nouveau-né, très fréquentes lors de l'accouchement où il y a une hyperextension du cou et du crâne. De la même manière, l'ostéopathe en calmant les tensions du diaphragme, va faire en sorte que la mobilité respiratoire du nourrisson soit optimisée.

7. Il n'y a pas besoin de formation médicale pour devenir ostéopathe

Thibault Dubois : La question de la formation des ostéopathes a fait couler beaucoup d'encre. Avant la réforme de 2014, le niveau d'exigence était insuffisant. Aujourd'hui, il y a un seul et unique diplôme d'ostéopathe. Il y a deux façons de l'obtenir. La première en formation post-bac de 5 ans. La seconde est destinée aux professionnels de santé qui ont déjà fait des études médicales et peuvent obtenir le diplôme plus rapidement grâce à des dispenses d'unités d'enseignements. Dans tous les cas, la formation est exigeante et professionnelle et pour faire usage du titre d'ostéopathe, le diplôme doit avoir été obtenu dans un établissement agréé par le ministère de la Santé.

8. Une séance d'ostéopathie coûte cher

Thibault Dubois : Malheureusement, l'ostéopathie n'est pas remboursée par la Sécurité sociale, mais de nombreuses assurances complémentaires prennent en charge tout ou partie des consultations chez un ostéopathe. Environ 65% des contrats santé prévoient une prise en charge partielle sur la base de 20 euros, 4 fois par an, ou complète, pour 3 ou 4 séances par an. Une consultation de trois quarts d'heure coûte en moyenne entre 52 et 54 euros au niveau national, entre 65 et 70 euros à Paris. Cela peut représenter une somme importante pour un patient, mais il faut savoir que dans 80% des cas, il suffit d'une seule consultation pour voir ses maux apaisés. Pour les 20% restants, il y aura moins de 3 consultations.

Publié par Lucien FAUVERNIER, décembre 2016
En savoir plus : http://www.psychologies.com/Bien-etre/Medecines-douces/Se-soigner-autrement/Articles-et-Dossiers/8-idees-recues-sur-l-osteopathie
Copyright © Psychologies.com